Lamonzie St martin
06.66.72.84.92
contact@popsport.fr

10 révélations personnelles

Bienvenue chez Pop Sport

image_pdfConvertissez en PDFimage_printImprimez cet article

MISE A NUE

Mes 28 ans sont passés depuis quelques semaines maintenant et je voulais faire entre toi et
moi une petite mise à « nu ». On ne s’énerve pas, je ne vais pas poser nue comme un ver sur
la toile ! J’ai plutôt envie de te dévoiler certaines choses, plutôt personnelles, plus ou moins
connues par les personnes proches de moi.
Je ne t’oblige surtout pas à te farcir tout mon bla-bla, mais si tu veux en savoir un peu plus,
c’est juste un peu plus bas.

1 Je suis dysorthographique

« Disor… quoi ?! » Peut-être que tu connais mieux le mot « dyslexique » ? Bon… pour faire
simple et rapide, je ne sais pas écrire. Les dyslexiques ont des problèmes avec les lettres et les
chiffres, moi ce ne sont que les lettres, et c’est bien suffisant ! Alors, quand je dis ne pas
savoir écrire, c’est vraiment très grossier, disons plutôt que j’écris tout en phonétique… et ça
fait souvent mal aux yeux. J’ai vu des médecins, des orthophonistes, des super spécialistes !
Mais malheureusement je resterai toujours avec ce boulet à ma cheville. Le pire dans tout ça,
c’est que j’adore écrire !
Je crois que je ne t’apprends rien ! Alors comment une
dysorthographique peut-elle tenir un blog avec des tirades à rallonge ? J’ai d’abord fait appel
à ma famille pendant des années… et un jour j’ai voulu être « autonome » ; j’ai donc fait
appel à un professionnel en correction d’orthographe. J’espère qu’il m’autorisera à parler de
lui (en même temps, si tu lis ces lignes, étant donné qu’il les aura lues avant toi et corrigées,
c’est qu’il est OK). Depuis, je revis : je peux écrire comme bon me semble, je lui envoie mes
textes et ils me reviennent comme par enchantement lisibles et compréhensibles pour toi ! J’ai
longtemps eu honte, et un jour, j’ai compris que cette dysorthographie faisait partie de moi.
J’écris comme je parle. Je ne suis pas plus bête que d’autres alors j’ai développé d’autres
capacités.
J’ai appris à dissimuler mon problème la plupart du temps, et je pense que pour toi
qui me lis souvent, il est important que tu saches que derrière ma prose, il y a quatre mains.
Je te donne le lien de son site internet si, comme moi, tu en as assez de voir des petits traits
rouges sous tous tes mots : www.correcteur.pro

2 Je vis avec un homme de 25 ans de plus que moi

OK, ça fait vraiment bizarre lu comme ça, mais je t’assure que notre si grand écart d’âge ne se voit pas tant que ça. Bien sûr que l’on voie que quelques années nous séparent, surtout quand ses garçons sont avec nous. Mais, mis à part au salon du marathon de La Rochelle où l’on m’a demandé si l’amoureux était mon père… (je ne te dis pas le fou rire que j’ai eu et comment la personne s’est sentie mal à l’aise), on nous donne rarement plus de 10 ans d’écart. Ses garçons ont l’âge de mes sœurs, et nous le vivons tous très bien, on en rigole très souvent et surtout, nous sommes heureux comme ça !

3 Je ne souhaite pas avoir d’enfant

« Oui, oui, tu dis ça parce que tu es jeune ! »
Mais arrêtez de me dire ça, STOP ! Je n’en veux pas, c’est une décision prise il y a longtemps.
J’adore les enfants, mais je ne me vois ni enceinte, ni mère. Oui, un jour peut-être, mes
hormones me diront le contraire, mais les hormones sont une chose, la vie que nous menons,
les enfants déjà très grands de l’amoureux, et surtout le fait que je ne me voie ni donner la vie
ni même avoir les « qualités » nécessaires pour élever un enfant en sont une autre. Je respecte
les parents et le choix de celles qui sont désireuses de donner la vie, j’aimerais en retour qu’on
respecte le mien de ne pas vouloir être mère…

4 Je suis fan de motos et de voitures anciennes

Peu de personnes qui me suivent ici sont au courant, c’est d’ailleurs l’une des passions qui
nous lient, l’amoureux et moi. Depuis toute petite, et sans véritable raison, je suis attirée par
les voitures anciennes et les motos de sport.
Pourtant, dans ma famille, ça n’intéresse
personne. J’étais la fille qui jouait aux petites voitures quand j’étais gosse. À 18 ans, mon rêve
était de passer le permis moto. Quand j’ai rencontré l’amoureux, il m’a dit une chose : « Vis
tes rêves ! » Trois mois plus tard, j’avais mon permis en poche et ma première moto.

5 J’ai eu peur du noir pendant plus de 25 ans

Pas une petite peur, non ! J’avais une vraie peur bleue du noir… Être dans le noir me
provoquait des crises d’angoisse énormes, je ne pouvais pas passer dans une pièce si elle
n’était pas éclairée. Je ne me baladais jamais le soir, la nuit était pour moi le moment le plus
horrible de la journée. Et, un beau matin, je ne sais pas du tout comment c’est possible, je suis
partie courir dans le noir, sans peur, sans appréhension. J’ai couru une heure dans la nuit noire
sans même une petite lumière. Depuis ce jour-là, je n’ai plus jamais eu le cœur qui s’emballe
quand je suis plongée dans l’obscurité, je peux passer de longs moments à me balader la nuit.
Ça a été un vrai soulagement le jour où, comme par miracle, cette phobie qui me pourrissait la
vie, a disparu.

6 J’ai la phobie des stations-service

Dans les phobies très bizarres, après le noir… les stations-service. Compliqué quand on vit en
campagne et que la voiture reste le seul vrai moyen de se déplacer. Je ne peux pas du tout
t’expliquer ce qui me gêne le plus : l’odeur, l’attente devant la pompe, les chiffres qui défilent
beaucoup trop vite… Après avoir fini plusieurs fois sur le bas-côté de la route avec une
voiture en panne d’essence, j’ai investi dans une voiture électrique !
Le miracle, plus besoin
d’attendre ! Je rentre chez moi et hop, je la branche ! Je t’assure que ce petit bijou de
technologie me change la vie ! Il me tarde que des motos à des prix raisonnables sortent en
électrique =)

7 J’ai déjà eu une entreprise avant Pop’sport

Oui, il y a cinq ans, j’ai créé l’Établi2Pauline. À cette époque-là, je finissais juste mes études,
j’avais 23 ans et je me suis lancée en tant que dessinatrice dans le bâtiment à mon compte. J’ai
fait ça une petite année, la mayonnaise prenait bien, mais j’avais tellement peu confiance en
moi, j’avais l’impression d’être tellement mauvaise…
que le jour où on m’a proposé un CDI,
je n’ai pas hésité et j’ai tout de suite signé le contrat. Je l’ai regretté chaque jour pendant trois
ans ! J’aimais beaucoup l’entreprise pour laquelle je travaillais, le problème c’était moi. Je me
sentais étouffée, nulle de n’avoir pas continué à faire grandir ce que j’avais créé.
Et un beau jour, j’ai trouvé ma nouvelle idée. Je me sentais plus mature, et les trois années
passées auprès de mon boss m’avaient fait beaucoup grandir. Grâce à lui, j’ai appris et
compris les grandes lignes d’une bonne gestion. Aujourd’hui, j’ai repris mon envol et je ne
compte pas revenir au nid.

8 J’ai un seul vrai regret

Je pense sincèrement ne rien regretter. Du haut de mes petits 28 ans, ma philosophie est la
même depuis longtemps, les choses qui nous arrivent ou que l’on rencontre sur notre chemin
ne sont pas là par hasard.
Je n’ai aucun regret, j’ai vécu comme tout le monde des choses pas
toujours cool, mais c’est ce qui m’a fait aussi mûrir et devenir la Pauline que je suis
aujourd’hui. Si j’ai un seul vrai regret, c’est de ne pas avoir eu le courage, à 19 ans, de partir
vivre au Canada pour mes études. À cette époque, je vivais avec un copain et je ne me voyais
pas partir et tout laisser. J’ai choisi de rester, et si aujourd’hui ma vie est loin d’être terminée,
je ne suis plus du tout dans l’optique de vivre aussi loin à l’étranger. J’ai plutôt envie de faire
grandir mon entreprise et mon patrimoine. La découverte de nouveaux pays sera pour plus
tard, et comme le dit si bien l’amoureux : « Nous avons déjà beaucoup de villages et villes à
découvrir en France. »

9 J’ai un problème avec la nourriture (je suis excessive)

Bon, là… OK, je ne t’apprends sûrement pas le scoop de l’année… Le problème est que je
suis quelqu’un de très excessif.
Comme dit l’amoureux : « Grâce à ça, tu peux faire de vraies
merveilles comme tout détruire… »
C’est aussi le cas pour la nourriture, depuis que je suis
enfant, je suis capable de manger des quantités que tu aurais du mal à imaginer, comme me
nourrir de deux petits-suisses par jour pendant des mois… et si ce caractère excessif peut
rester souvent discret, malheureusement, à travers mes assiettes et mon physique, c’est
compliqué à dissimuler ! J’ai toujours bien aimé manger, mais depuis l’âge de 14 ans je fais le
yoyo en permanence : je peux perdre 10 kg en quelques mois pour les reprendre deux ans
après, puis j’ai recommencé à 18 et à 23 ans. Si ce n’est qu’à 23 ans, c’est beaucoup moins
passé inaperçu. J’ai perdu, perdu, sans arriver à trouver le fond du problème, et un jour sans
vraiment m’expliquer pourquoi, j’ai pris 5 kg en deux mois… Je retourne dans l’excès inverse
encore une fois. Je me dis chaque semaine que c’est bon, j’ai trouvé mon équilibre, qu’il est
temps de trouver mon poids idéal et surtout d’arrêter de partir dans les excès ; mais je rechute
encore et toujours, je me sens toujours sur le fil…
Je sais que ce caractère excessif est à l’origine de cette personnalité qui m’a permis
d’accomplir de très belles choses, mais qu’est-ce qu’il peut faire mal parfois !
Aujourd’hui, je
n’ai pas encore trouvé la solution à mon problème, peut-être qu’avec le temps mon cerveau
comprendra que mon corps n’est pas là pour subir ses caprices et son mécontentement.

10 Je fuis les informations

Je fuis les informations du quotidien. À la maison, pas de télé, dans la voiture, j’écoute de la
musique ou des podcasts sur des sujets qui m’intéressent. Mais je ne veux plus écouter, voir
ou lire les informations quotidiennes. Pourquoi ? Je reste persuadée que ce sont elles qui nous
révoltent, qui mènent nos pensées et notre façon de voir les choses. Personnellement, je m’en
fiche de ne pas savoir que les lignes de train sont en grève, que telle personne est décédée ou
qu’une fois encore il y a eu une magouille politique. Je m’en fiche parce que personnellement
ça ne change pas mon quotidien de le savoir ou non. Je doute que l’on nous dise réellement
toute la vérité et cela ne m’empêche pas du tout d’être cultivée. Je choisis de m’instruire plus
que de m’informer. J’éveille ma curiosité plutôt que mon mal-être.
Depuis que je fuis, tant bien que mal, ces bouillons d’informations quotidiennes, je me sens
moins oppressée, moins agacée par tout un tas de choses. Ça ne me fait pas voir la vie de
façon « Bisounours » non plus
, mais ça me permet simplement d’avoir l’esprit plus libre pour gérer des choses qui me préoccupent bien plus, comme les travaux de ma maison, faire croître
mon entreprise, le bien-être des personnes qui m’entourent directement… Je comprends les
personnes qui ont besoin de rester informées, pour leur travail ou parce que c’est simplement
important pour elles, mais parfois, prendre un peu de recul et faire « l’ours », c’est bien aussi !

Je pense que je vais arrêter là, déjà merci d’avoir pris le temps de lire jusqu’à la fin mon
article. J’espère que ces quelques infos « croustillantes » sur moi t’auront au moins amusé et
pas fait fuir !

J’attends d’en connaître un peu plus sur toi dans les commentaires, donne-moi juste une petite anecdote personnelle.

À très vite pour de nouveaux articles avec, promis, un peu moins de bla-bla.
Je t’attends dans les commentaires !
Pauline

(Visited 312 times, 2 visits today)

 

Commentaires : 12

  1. Paula pires dit :

    J’admire ton courage, de parler de sujets aussi sensibles et delicats aux yeux d’une majorité de personnes.
    Encore bravo à toi Pauline pour toute cette positivité et d’avoir osé.
    Nous nous sommes vu deux fois mais maintenant j’ai l’impression de bien mieux te connaître.
    Amicalement.
    Paula

  2. Sordi dit :

    Bravo Pauline pour ton parcours, tu assumes tes choix, très sûre de toi…. ton éducation que tu as reçue y est pour beaucoup, il faut le reconnaître. Belle année à toi, profite de chaque instant de bonheur. Je t’embrasse 😚

    • pauline soreda dit :

      Merci Patricia pour ton message est d’avoir pris le temps de me lire. Passe une belle et heureuse nouvelle année Bises

  3. Tupinier emeline dit :

    Merci ma belle pour cette marque de confiance.. Ouvrir son cœur parler de soit n est pas si facil, mais la encore tu nous prouvés que tu es une battante et mine de rien c est un sacré cap de passer courageusement. Je me reconnais en toi en plusieurs points, l alimentation, j ai eu un amoureux de 22 ans mon aîné, je déteste les infos.. De tout de façons les masses médias nous manipule, jsui capable de faire ma propre opinion sans eux les stations services me font peur, j attends d être très très en réserve et généralement je demande à Mr de me mettre mon essence.
    J ai eu jeune l occasion d aller au Canada, pays que j adore.. Je n y suis pas aller car seule et j si une touille pas possible de l inconnu.
    Je suis clostrophobe, j ai peur des clowns et des ballons.. Ouai rien que ça
    Au contraire de toi je ne m imaginais pas ma vie sans enfants, si j avais pu et n avais pas été raisonnable j en aurais eu plus de 4. Par contre je peux comprendre ton choix et je le respecte. Je suis qq d à l écoute, qui aime échanger MM si les avis ne sont pas les mêmes je trouve ça plutôt constructif
    Bisous ma belle, chapeau pour ce texte.

    • pauline soreda dit :

      Coucou ma poulette merci beaucoup pour ton message et de te livrais toi aussi, je comprends mieux pour quoi on c’est de suite si bien entendu
      Tu es une personne vraiment formidable ne change pas et j’espère vraiment vite te revoir
      Gross bisous copine

  4. Bruno dit :

    T’es vraiment frappée en fait :))))
    Pauvre Lolo tu vis avec une zinzin et en plus …elle courre .

    Bises ma kopine… euh pardon copine

    Bisous mon poto

  5. Gege dit :

    J adore tout toi.!!! bisous

  6. Willy dit :

    Super sympa cette mise à nue Pauline 👌
    Je suis content pour toi que tu ais trouvé ton équilibre et des solutions comme ton correcteur d’orthographe.
    Je sais à quel point les gens peuvent être méchants parfois quand ils ne te connaissent pas, mais qu’ils te jugent…
    Tu as une personnalité forte et elle te démarque de bien des personnes, ne change rien 😊 Ta gentillesse est aussi une belle qualité, j’adore.
    Bonne soirée à toi 💋

    Ps: Mon anecdote personnelle c’est qu’à mes 14 ans j’ai eu un accident, mon pied gauche est passé sous une roue de voiture… en descendant au moment où le conducteur a redémarré 😕
    J’ai eu une perte de substance au niveau de l’intérieur du talon et une greffe de ma propre peau par la suite.
    Sur le talon d’Achille quoi !
    Mais depuis tout va bien et ça ne m’empêche pas de vivre et encore moins de courir vite 😁
    Voilà, voilà ! Bisous.

    • pauline soreda dit :

      Merci Willy pour ton message et d’avoir pris le temps de me lire.
      Didon si tu ne m’avais rien dit je ne m’en serai jamais rendu compte.
      Passe une bonne journée bisous

Ajoutez votre commentaire